Et si vous arrêtiez de faire l’autruche ?…

Définition : se cacher la tête dans le sable par peur du danger à venir. Fermer les yeux plutôt que de les ouvrir. Anesthésier plutôt que ressentir.

Quelle est sa fonction utile ?

Construire notre propre réalité, voir les choses comme cela nous arrange, nous permet de ne pas remettre en cause notre vision du monde ou des autres, de ne pas toucher à nos croyances, à notre cadre de référence. C’est aussi un excellent moyen pour ne pas voir et ne pas résoudre un problème et se protéger de nous même…L’autruche se cache d’une situation qu’elle ne sait pas encore affronter.

Découvrez notre méthode des 4 OUI

1 - Il se passe quelque chose

Regarder l’insatisfaction bien en face : l’inconfort est nécessaire pour prendre le mesure que quelque chose ne va pas. Ressentir cet inconfort pour identifier le malaise, et lui donner du sens : c’est la première étape. Votre zone de confort se transforme alors en zone  de doutes, très inconfortable…

Il est plus facile de succomber aux charmes de l’évitement, du refoulement ou, pire encore, de l’aigreur ou de la somatisation que de d’accepter de ressentir la peur face au danger.

C’est accepter aussi sa propre vulnérabilité et image construite par l’égo : je ne suis pas si fort.e que cela finalement…

Maintenant vous ressentez

2 - Il y a bien un problème

Reconnaître qu’il s’agit d’un problème : ce n’est pas une insatisfaction éphémère, ni même une humeur passagère. Elle s’est enracinée et vous joue des tours : irritabilité, insatisfaction générale, mauvais poil récurrent, perte de sens, démotivation, lassitude, etc.

Bref, c’est un problème qui mérite toute votre attention. Il s’agit maintenant de l’identifier et de lui donner un nom : c’est un problème de quelle nature ? Motivation, sens, compétences, confiance en soi, ressources, spirituel…

Savoir sur quoi j’ai à porter mon attention est le début du commencement : je ne peux m’occuper que de ce que je connais

 

Maintenant vous savez

3 - Il existe bien des solutions

Admettre que des solutions existent : dans la vie il n’y a pas de réel problème ; c’est une construction de notre cerveau pour rester dans notre zone de confort. La vie nous offre autant de situations à vivre pour que nous puissions apprendre…encore et encore…

Trouver une solution implique un changement, d’abord intérieur : c’est prendre conscience de notre part de responsabilité dans l’enlisement d’une situation désagréable. “Mais que puis-je faire d’autre ?”

D’autres sont certainement déjà passés par là…et en sont sortis ! Explorer le champ des possibles, en osant votre pouvoir de créer !

Maintenant vous pouvez

4 - vous pouvez agir

Reconnaître que nous avons les ressources pour agir : passer à l’action pour modifier la situation, pour ne plus subir l’insatisfaction. La tête est déterrée, vous regardez les choses bien en face, vous avez évalué l’ensemble des solutions. L’heure de la mise en route est venue !

Face à la peur ou à la procrastination (l’art de remettre au lendemain ce qui doit être fait aujourd’hui), une seule voie : la réassurance. “Quelle sera la première action, aussi simple soit-elle, qui va m’apporter la réassurance dont j’ai besoin pour commencer ?”

Une fois identifiée, mettez-la à l’œuvre ; elle appellera les autres…

Maintenant vous faites

Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas

Lao Tseu

Dites OUI à la vie !

Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Partagez cette page sur vos réseaux sociaux !